chansons de notre Alain Souchon national : liste des titres


(UNE BONNE CENTAINE... PAS TOUTES parodiées)
Allô maman bobo (eh oui, par ordre alphabètique, son catalogue commence ainsi), Arlette Laguiller (parodiée), Au ras des pâquerettes, Aurore, Banale song, Bidon, Billy m'aime, C'est comme vous voulez, C'est déjà ça, C'était un soir, Casablanca, Caterpillar, Chanter, c'est lancer des balles, Comédie, Courrier, Dandy (c'est lui ?), Dix-huit ans que je t'ai à l'oeil, Et si en plus y'a personne, Faust, Foule sentimentale, Frenchy bébé blues, J'ai dix ans, J'ai perdu tout ce que j'aimais, J'appelle, J'attends quelqu'un, J'étais pas là, J'veux du cuir (les chapeaux ne sont pas en cuir... mais avec la gauche il faut s'attendre à tout !), Jamais content, Jonasz, L'amour 1830, L'amour à la machine, L'amour en fuite, L'autorail, L'horrible bye bye, La ballade de Jim, La beauté d'Ava Gardner, La chanson parfaite (Liberté, Egalité, Fraternité), La p'tite Bill, elle est malade, La vie intime est maritime, La vie ne vaut rien, Le bagad de Lann Bihouë, Le baiser, Le cosy-corner, Le dégoût, Le fil, Le gros pétard, Le marin, Le métèque *, Le monde change de peau, Le petit chanteur, Le zèbre, Lennon kaput valse, Les cadors, Les filles électriques, Les jours sans moi, Les papas des bébés, Les regrets, Lettres aux dames, Lily, Peter, Londres sur Tamise, Loulou doux, Lulu, Manivelle, Marchand de sirop, Menti, Normandie, Lusitania., Nouveau, On avance, On est si beau, On s'aime pas, On s'ennuie, On se cache des choses, Papa mambo, Pardon, Partir, Pays industriels, Petit, Petit pois, Petit tas tombé, Petite annonce, Portbail, Poulailler's song, Pourquoi tu t'prépares ?, Quand j'serai K.O., Qui dit, qui rit, Rame, Rive gauche, S'asseoir par terre, Sans queue ni tête, Sardines, Saute en l'air, Somerset Maugham, Sous les jupes des filles, T'aurais dû venir, Tailler la zone, Toto 30 ans, Tout doux, Tout me fait peur, Ultra moderne solitude, Une guitare un citoyen, Vous êtes lents, Y a d'la rumba dans l'air,


-- accueil je ne suis pas Alain Souchon



Votre souchonnerie (commentaire)...